Le test, dans sa deuxième année, se solde par un taux de succès catastrophique. Attention: les résultats concernent l’ensemble des universités francophones belges (et pas seulement l’ULg comme l’article le laisse erronément entendre!).

96% des 1.714 candidats au test de juillet 2014 n’atteignent pas la moyenne de 12/20 (90% l’an dernier, sur 1.065 candidats).
87% obtiennent un résultat inférieur à 10/20 (74% l’an dernier).

En 2014 le taux de participation est de 161% par rapport à celui de 2013, démentant ainsi radicalement l’effet de dissuasion dénoncé par la FEF.

L’interprétation pourrait en être très simple: la méfiance qui régnait vraisemblablement en 2013 vis à-vis du caractère strictement non contraignant du test et son absence absolue de conséquences à aujourd’hui disparu. En effet, parole a été tenue et le test est resté strictement indicatif. Il n’a nullement influencé le parcours de l’année académique 1013-14. Il n’a pas été communiqué aux encadrants du 1er Bac.

Ceci expliquerait le formidable bond en avant des candidatures cette année. En même temps, cet accroissement de représenterait pas un public du même niveau, ce qui expliquerait le taux deux fois moindre de réussite du test, quoiqu’il soit quasi-impossible de comparer les résultats de deux tests différents d’une année à l’autre. Mais cette chute peut également se comprendre si on admet que les candidats sont simplement venus chercher leur « ticket d’entrée », sans se préoccuper le moins du monde de réussir le test. C’est là le résultat quasi automatique de la non-contrainte…

Le test, dénué de la moindre conséquence, sert-il donc à quelque chose ?
Ne convient-il pas en effet de se poser des questions sur son utilité, quand on sait quelle formidable mise en œuvre il implique de la part de très nombreux enseignants et encadrants dans les 5 universités qui offrent une formation de base en Médecine…? Élaborer des questionnaires complexes et multidisciplinaires, différents à chaque session, adaptés aux exigences du 1er Bac et normalisés pour l’ensemble des institutions, mobiliser 5 staffs d’encadrement pour la préparation logistique du jour J, synchroniser très précisément l’événement dans les 5 institutions, corriger harmonieusement 1.714 copies dans un temps record, avec des questions ouvertes allant de l’usage de la langue française aux problèmes de physique, etc… Tout ceci est-il bien utile à l’heure où les universités sont dramatiquement sous-financées et n’arrivent déjà plus à remplir leurs diverses missions de manière satisfaisante ?

À mon avis, l’unique intérêt de ce test porte sur la (probablement hélas) petite fraction des candidats qui sont proches de la réussite (7 à 9/20), qui ont réellement essayé de réussir le test est auxquels la volonté ne manque pas. Ceux-là bénéficient d’un avertissement éclairant que personne ne peut nier. Si ceux-là en tirent les leçons et mettent en œuvre tout ce qu’ils peuvent pour favoriser leur propre réussite en 1er Bac, en s’y prenant assez tôt et en s’attelant d’emblée très sérieusement à la tâche, le coup de semonce aura été salutaire. Et je pense que ceux-là existent vraiment et que l’information est cruciale pour eux. Et après tout, c’est bien là la définition d’un test.

Paul Nihoul, Vincent Vandenberghe et Vincent Yzerbyt, professeurs à l’Université Catholique de Louvain (UCL), dans une carte blanche publiée par la Libre Belgique du 11 juin proposent une piste pragmatique et réaliste pour restaurer un financement de l’enseignement supérieur qui corresponde à une plus juste rétribution du travail fourni par les institutions et donc au minimum de moyens qu’elles réclament à cor et à cris depuis des années, tout en ne faisant pas porter la charge sur les enfants de contribuables de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).

Le concept est simple: l’accès aux études est, chez nous, à la fois peu coûteux (835€ dans les universités, moins encore dans les autres établissements d’enseignement supérieur) et grand ouvert (pas de sélection sauf en Sciences appliquées). Le coût modéré pour l’étudiant en regard de l’allocation par étudiant investie par la FWB constitue un cadeau important qu’elle fait à sa jeunesse, même si cette allocation est notoirement insuffisante pour couvrir les frais réels d’une formation moderne. Par ailleurs, l’ouverture à tous sans sélection est un principe voulu et appliqué par la FWB. Si elle est tout-à-fait respectable, cette volonté impose à ceux qui l’exercent la mise à disposition de moyens permettant de faire face à l’énorme afflux que cela entraîne, y compris en provenance de l’extérieur de la FWB, nos voisins imposant des limitations chez eux. On le comprend, ces deux caractéristiques wallono-bruxelloises provoquent quasi-automatiquement une surcharge pour les institutions d’enseignement supérieur, mais entraînent de facto un financement significatif de la formation d’étudiants dont les parents ne contribuent pas en retour aux finances publiques locales.

La solution que les trois professeurs proposent est simple également: « augmenter les allocations familiales attribuées aux familles résidentes de la FWB pour les jeunes de plus de 18 ans inscrits dans un établissement d’enseignement et augmenter d’autant les droits d’inscription (le « minerval ») pour tous les étudiants du supérieur, résidents comme non résidents. Pour les étudiants de FWB, [cela constitue] une opération neutre et un horizon européen renforcé« .

Il reste à résoudre le problème des étudiants de plus de 25 ans ou ceux qui, pour toute autre raison, ne bénéficient pas des allocations familiales. Pour ceux-là, un mécanisme de bourses spécifiques pourrait compenser le surcoût.

« A titre d’illustration, une majoration des allocations familiales de 1.000€ et une augmentation équivalente du minerval permettraient, sur la seule base de l’apport complémentaire des non-résidents issus de l’Union, de refinancer notre enseignement supérieur à hauteur de 25 millions par an. Rien que dans les universités, cela ouvre la possibilité d’engager près de 150 professeurs supplémentaires ».

CQFD.

Lors de l’élection rectorale, la possibilité de voter « à personne » n’est pas neutre, ce n’est pas une abstention, c’est un refus explicite de chaque candidature.
C’est ainsi que le vote « à personne » peut peser fortement sur le résultat et empêcher chaque candidat d’atteindre les 50% nécessaires pour être élu, ce qui relancerait tout le processus électoral.
Cette option a évidemment sa raison d’être mais il faut bien en mesurer la signification.

Je me suis promis de ne pas intervenir dans la campagne de l’élection rectorale et je compte bien respecter cet engagement.

Juste deux points.

1) Je ne puis que réagir lorsque j’entends dire que la situation financière de l’Université est mauvaise et qu’il faut prendre des mesures d’assainissement.
Le problème que rencontre actuellement l’ULg, et que d’autres encore se sont autorisés à qualifier de « fiasco », n’a rien à voir avec une difficulté financière, comme je l’ai expliqué en long et en large il y a quelques mois lors des séances d’information sur les mesures d’austérité. En effet, les mesures que nous avons dû prendre (réduction du nombre de temporaires, remplacement de 3 par 2) sont des mesures liées à l’excès de personnel rémunéré sur l’enveloppe de l’allocation de la Communauté française. Cet excès s’est constitué en réponse à l’augmentation du nombre d’étudiants à encadrer et sans tenir compte de réductions de financement totalement imprévisibles, même encore en 2013. Doit-on considérer que vous gérez mal votre budget familial si, par exemple, vous prenez des engagements correspondant à votre salaire et que, subitement, on vous le rabote de 20% ?
Les mesures que nous avons décidé de prendre résolvent le problème pour 2014 et 2015, sans le moindre licenciement. Je quitterai donc l’ULg sans la laisser en déficit financier. Elle pourrait s’y trouver un jour, comme le pourraient toutes les universités si on n’y prend garde et si on n’arrête pas l’hémorragie du financement. Mais aujourd’hui, « difficulté financière » n’est pas du tout le bon terme. Et comme, contrairement aux universités libres, une université publique ne peut recourir à des moyens propres, même si elle en a, pour combler cet écart salarial, elle est la première touchée par un mal qui va les frapper toutes: un vrai problème de financement. C’est pour cela qu’il faut se battre pour un refinancement. L’enjeu sera donc crucial pour le prochain recteur, mais l’enjeu est un financement décent, pas une meilleure gestion.

2) Notre université est aujourd’hui au milieu d’un processus nouveau d’élection rectorale. Le vote, même s’il est pondéré, est universel. Cet élargissement du corps électoral, quoi qu’on puisse en penser, constitue un réel progrès démocratique. Ne pas utiliser cette possibilité lorsqu’on se la voit offrir, c’est négliger une opportunité d’exprimer ses choix et ses aspirations. S’abstenir, c’est donner du poids à un vote dont on se prive soi-même. C’est aussi courir le risque de l’aventure d’un troisième tour qui impose, je le rappelle, une remise générale à zéro et un nouvel appel à candidatures. L’enjeu vaut bien un moment d’attention à consacrer aux informations nombreuses mises aujourd’hui à disposition de l’électeur. Si vous en êtes un, faites usage de votre droit et quel que soit votre choix: votez !

A propos du « post » précédent, interview dans le nouveau journal on line « Dayly Science ».

L’Enseignement supérieur est en constant définancement en Fédération Wallonie-Bruxelles, et singulièrement, les universités qui ont été oubliées lors du dernier réajustement en 2009.
En effet, le nombre d’étudiants universitaires a considérablement augmenté depuis 15 ans (+37%) alors que l’enveloppe financière des universités est « fermée », une mesure prise il y a près de 20 ans pour garantir les universités des effets néfastes d’une éventuelle chute du nombre d’étudiants, chute qui ne s’est jamais produite depuis lors. En outre, des décisions décrétales nouvelles comme, parmi d’autres, l’abolition du minerval pour le doctorat, mesure qui aggrave la situation sans créer d’économie pour le financement public, entraînent une diminution des ressources (-2 millions d’€ pour cette seule mesure). Chaque étudiant est donc de moins en moins subventionné (-16,2%) et la situation est devenue tout-à-fait alarmante.

Le Conseil des recteurs francophone (CRef) à publié jeudi un mémorandum qui fait le point sur cette situation devenue périlleuse pour la qualité de l’enseignement et de la recherche dans notre Communauté, en dénonce les effets pervers et revendique une priorité absolue au refinancement universitaire dans la prochaine législature, sachant que chacun s’accorde à dire que le redéploiement économique et social repose avant tout sur l’enseignement, la formation et la recherche.

Face aux difficultés croissantes auxquelles l’enseignement supérieur est confronté en FWB et, singulièrement, les universités, qu’un « définancement » constant depuis de nombreuses années menace dans leurs objectifs les plus fondamentaux, il est vital que le monde universitaire dans son ensemble, étudiants et personnel encadrant, se mobilisent activement en cette période électorale pour garantir le moyens indispensables à la qualité de l’enseignement Supérieur.

Le Conseil des Recteurs prépare un mémorandum pour un plan effectif de refinancement des universités. Il sera très prochainement largement distribué.

La FEF organise, ce mercredi 2 avril, une manifestation à Bruxelles en faveur d’un refinancement de l’Enseignement supérieur.

Il est essentiel que les universités, fassent toutes preuve d’une parfaite solidarité. En effet, le refinancement est l’affaire de tous. Il est inconcevable de nous atteler aux réformes nouvellement promulguées sans un financement décent, à la mesure des ambitions de ces nouveaux décrets.

Dans ces conditions et afin de rendre plus concret encore ce soutien, je recom mande au corps professoral et aux encadrants, dans la mesure du possible, de prévoir une suspension des cours ce mercredi 2 avril. En cas de force majeure, si des cours et activités pédagogiques doivent être maintenus, je les exhorte à faire preuve d’une très grande souplesse afin de n’entraver en rien la participation des étudiants à cette manifestation, voire d’y participer eux-mêmes.

C’est de la défense de nos institutions qu’il s’agit et nul d’entre nous ne souhaite voir se dégrader plus encore nos universités dans lesquelles, aujourd’hui déjà, les restrictions imposent des mesures qui nuisent gravement à la qualité de l’enseignement et de la recherche.

J’espère vivement que chacun saura apporter son soutien à toute action de revendication en matière de réexamen en profondeur du financement de ce que chacun, personnalités politiques comprises, considère comme la source vitale d’une relance sociale et économique dans notre Communauté.

Suite à la « votation » helvétique du 9 février dernier « contre l’immigration de masse » qui a fait grand bruit, et pour cause, la Commission Européenne a, le 26 février, en guise de représailles, purement et simplement exclu la Suisse des programmes de recherche « Horizon 2020″ et des échanges d’étudiants « Erasmus+ ». Elle a également fermé immédiatement l’accès des chercheurs suisses aux prestigieuses bourses de démarrage de l’ERC (European Research Council).

Si on doit bien reconnaître que la Suisse a, dans le cadre de sa démocratie directe, commis une erreur d’une extrême gravité qui ne peut que susciter la colère, si on peut comprendre que l’Europe veuille exercer des représailles, il est absolument aberrant que celles-ci portent sur les programmes d’échange et sur les programmes de recherche. Ceci équivaut, pour les pays membres de la Communauté européenne, à se tirer un balle dans le pied, en se coupant de collaborations importantes. En effet, nos universités collaborent avec les suisses dans de nombreux programmes d’excellence européens et ces collaborations renforcent nos candidatures. Une telle mesure risque aussi d’amener les suisses, dont les universités et la recherche sont de très grande qualité, à se tourner vers d’autres pays du monde pour leurs collaborations et même de provoquer une ‘fuite des cerveaux’ internationaux actuellement attirés vers le continent européen par les institutions suisses.

Jamais, dans l’histoire des relations politiques de la Communauté européenne, de telles représailles, portant spécifiquement sur la science et l’éducation, n’ont été mises en œuvre, même pas vis-à-vis de pays qui ont fait l’objet de sanctions économiques, un outil souvent employé par l’Europe lorsqu’elle est mécontente… Le recours à des sanctions visant spécifiquement les étudiants et les chercheurs est donc complètement disproportionné et contre-productif.

Plus encore que pour trouver des financements, c’est pour la qualité des collaborations et pour le prestige que leur confère la participation aux programmes européens que les équipes de recherche suisses sont candidates. Nos collègues suisses nous disent qu’on peut s’accorder, dans le cadre de sanctions, sur la prise en charge par la Suisse de la totalité de sa quote part financière des bourses ERC mais qu’il serait absurde de les empêcher de faire partie de la compétition, et plus encore lorsque c’est en collaboration avec nous. Si la Suisse mérite des sanctions, ses étudiants et ses chercheurs, non, pas plus que les nôtres.

En conséquence, et en se concentrant sur l’urgence la plus pressante, puisque les demandes de bourses d’amorçage ERC (« Starting Grants ») doivent être rentrées pour le 25 mars 2014 et que les chercheurs suisses qui travaillent depuis plusieurs mois sur de tels projets ont vu se fermer pour eux l’accès au dépôt ‘en ligne’ des candidatures, il est essentiel que la communauté scientifique européenne se mobilise pour demander à la Commission que soit levée cette sanction avant le 25 mars, même si elle est maintenue sur le plan budgétaire.

Le photographe liégeois Jim Sumkay est reparti à Kiev, où il avait séjourné en 2009 et 2010, cette fois dans le cadre d’une collaboration avec l’ULg et dans les conditions difficiles que l’on devine…
Ni voyeurisme, ni reportage de guerre, juste une grande empathie pour ‘les gens’.
Capture de moments, d’attitude et de regards.
Humour et tendresse.
Indépendamment de la politique et des intérêts partisans qui s’affrontent, des gens vivent ces évènements, les endurent et se révoltent. Certains meurent, tous sont meurtris.
Jim est capable, dans son style si particulier, de capter cette vie qui continue, ce chaos qui s’organise, pour nous en ramener des instantanés.
L’art et la vie ensemble.
Il en naîtra une exposition, pour un public comme vous et moi, au travers d’un regard différent de la photo de presse. Pour nos étudiants surtout, pour une jeunesse qui doit réaliser qu’entre 1914 et 2014, si le monde a beaucoup changé, son coté noir reste terriblement le même.
Bon vent, Jim !

Pour un coup d’œil quotidien sur une partie du travail de Jim Sumkay à Kiev, suivez la page ENDOSCOPIE

Photos: © Jim Sumkay, 2 mars 2014

ULg – Musée en Plein Air – Jim Sumkay :
Les Installations
Les Archives

La Fédération des Étudiants Francophones réagit à une interview que j’ai donnée au journal L’Avenir. J’aimerais remettre les choses dans leur contexte.
Tout d’abord, par rapport à l’article. En effet, dans sa version longue (version papier), il est peu fidèle à ce que j’ai dit. Tout le bien que je pense de la réforme qu’amène le décret « Paysage » a été évacuée pour ne garder que les aspects critiques, par ailleurs fortement grossis.
Cette déformation de mes propos, parfois flagrante, parfois plus subtile, trahit le fond de ma pensée. Le mal est fait, mais essayons tout de même de clarifier.

« Entre démocratie et démocratisation
Aujourd’hui, sur le site du journal L’Avenir, le recteur de l’ULg Bernard Rentier exprime sa vision de la démocratie dans l’enseignement supérieur, réfutant la comparaison entre l’université et un moulin. Selon lui, la réforme Marcourt est née d’une stratégie électorale et la FEF ne comprend pas le sens du mot ‘démocratie’. »

Effectivement, l’article de journal laisse penser que je crois qu’une stratégie électorale a présidé à la rédaction du décret « Paysage ». Il n’en est rien et c’est là une déformation de mes propos. En réalité, je suis convaincu de l’intérêt de ce décret et je pense sincèrement qu’il contribuera à faire évoluer l’enseignement supérieur francophone belge. Je pense effectivement qu’il comporte encore des défauts et des lacunes et qu’il doit être adapté aux réalités de terrain mais sur le fond, j’y suis favorable.

« Alors reprenons depuis le début, avec prudence…
Pour la FEF, la liberté d’accès à l’enseignement supérieur est primordiale pour de nombreuses raisons. Il est indispensable que chacun, quelle que soit son origine sociale et culturelle, quels que soient ses moyens financiers puisse avoir accès, s’il le souhaite, à l’enseignement supérieur. »

Je partage complètement cette analyse. Aucun obstacle de nature sociale ou financière ne peut barrer la route de l’université à quiconque. Toutefois, je fais un constat : ce n’est pas nécessairement la vocation de tout le monde de faire des études universitaires. Ou alors, il faut faire entrer dans l’université toute la diversité des formations qui aujourd’hui n’y sont pas. En bref, c’est là tout l’intérêt que je porte à la constitution des pôles. Dans cette configuration, la diversité ne s’accroît pas au sein de l’université mais est disponible dans chaque pôle. La visibilité de l’éventail des formations offertes au sein du pôle sera donc beaucoup plus grande demain qu’elle ne l’est aujourd’hui. De plus, il faudra se débarrasser de l’échelle de valeurs que l’on connaît aujourd’hui dans la comparaison des formations disponibles. En d’autres termes il faudra se débarrasser de la vieille idée des formations de premier choix ou de second choix, mais faire en sorte que chacun choisisse les études qui lui sont le mieux appropriées. Cela implique évidemment un test d’orientation. Et si le futur étudiant ne souhaite pas suivre la piste que les spécialistes de l’orientation lui ont indiquée, libre à lui. Mais, le cas échéant, il devra faire face a l’éventualité d’une préparation insuffisante. C’est là qu’intervient l’année propédeutique que je suggère d’organiser. L’autre option est alors de le laisser commencer des études pour lesquelles il n’est est pas prêt et affronter la réalité d’un échec en fin de première année, ce qui s’impose à près de 70 % des étudiants au premier essai. Pour moi, une prise en charge plus personnalisée par des spécialistes mettrait l’étudiant dans une situation bien plus positive que de l’envoyer directement « au casse-pipe ».

« Alors lorsque Bernard Rentier estime qu’un test préalable à l’entrée à l’université serait démocratique, permettant de laisser moins de gens « sur le côté de la route », la FEF réagit.
Tout d’abord, le type d’études qu’un étudiant fait ne doit pas être déterminé par ses résultats à un test d’entrée, ses connaissances en fin de secondaires étant déjà évaluées par le CESS, mais bien par sa liberté de choix quant à son avenir notamment grâce à la mise en place d’un service public d’orientation. En effet, il n’existe actuellement pas de service regroupant de manière impartiale toutes les filières présentes dans l’enseignement supérieur. Le service public d’orientation que défend la FEF répondrait à ce manque de communication entre l’obligatoire et le supérieur. Et si l’enseignement secondaire belge est réputé pour être fortement inégalitaire, ce n’est pas à l’élève sortant d’en payer les pots cassés à l’entrée du supérieur. »

Commençons par préciser que je ne suggère nullement que « le type d’études qu’un étudiant fait doit être déterminé par ses résultats à un test d’entrée ». J’ai toujours été clair sur le rôle de ce test, que je considère comme la mise à disposition d’un tableau de bord permettant à l’étudiant de jauger ses forces. L’étudiant fait ensuite ce qu’il veut. À nous de lui offrir le soutien dont il a besoin.
Je ne ferai pas de commentaire sur la valeur indicative du CESS.
Par contre, c’est bien le rôle du Pôle de regrouper de manière impartiale la panoplie des formations d’enseignement supérieur disponibles. C’est aussi à lui d’assurer la rigueur des informations fournies, à lui aussi de veiller à minimiser le phénomène de concurrence, en mettant en place des synergies profitables à tous les acteurs de l’enseignement supérieur. Aujourd’hui, divers établissements, dont l’ULg, disposent de services d’orientation où des professionnels avertis peuvent utilement conseiller l’étudiant sur son choix et il peut ensuite trouver des conseils de guidance dans ses études et un soutien à sa réussite. Ce sont ces structures-là qu’il conviendrait de renforcer considérablement si leur mise à contribution se généralise, ce qui serait très positif.

« Si « le but de ce test est d’aider le maximum d’étudiants à réussir », »

C’est bien son but, en effet.

pour la FEF, même s’il est présenté comme une mesure d’aide à la réussite, ce test n’aura en fait comme unique conséquence que de cristalliser les inégalités du secondaire. Si l’objectif est d’aider l’étudiant à réussir, c’est aux établissements de mettre en place des mécanismes adaptés tels que la remédiation. Par ailleurs, selon Bernard Rentier, sans cette année propédeutique, les « éléments qui ont besoin de plus d’explications ou qui progressent moins vite, ralentissent ceux qui sont prêts et donc le niveau de l’ensemble baisse ». Si le choix du mot « élément » en parlant d’un étudiant est plus que déplacé de la part d’un recteur, les tendances pro-élitistes sous-jacentes au propos le sont encore plus ».

Tout d’abord, je n’utilise jamais le mot ‘élément’ en parlant d’une personne, sauf pour en dire particulièrement du bien (« c’est un excellent élément! »). Comme je l’ai dit, je ne suis pas responsable de la transcription journalistique de mes propos!
Si on dit: « c’est aux établissements de mettre en place des mécanismes adaptés tels que la remédiafion », on indique implicitement qu’il faut évaluer au préalable. Sinon, à qui donner de l’aide…? Le test est, pour moi, cette évaluation.
Si c’est de l’élitisme de prétendre que chacun doit avoir la liberté (ou le droit, c’est comme on veut) d’avancer au mieux de ses capacités et à sa vitesse optimale, alors j’assume mon élitisme.
Que tout le monde soit égal devant le coût des études, je suis d’accord. Admettre que tout le monde nait égal en capacités ou que tout jeune de 18 ans est égal en motivation, me semble beaucoup plus difficile!

« Pour la FEF, l’enseignement supérieur doit être accessible à tous et non réservé à une élite. La mise en place d’outils pédagogiques complémentaires permettrait à ceux qui en ont besoin de se remettre à niveau sans « ralentir » les autres étudiants ».

D’accord. Dans la mesure où ils ont la motivation nécessaire.
Lorsque j’enseignais en 1è candidature, comme bondissait alors, je donnais à tous les étudiants la même question, une question simple sur une matière de fin d’école primaire dont je donnais au préalable la réponse: un schéma fonctionnel du coeur et de la circulation sanguine dans celui-ci, ventricules, oreillettes, tout ça. Tous les étudiants savaient qu’en préambule à leur examen, ils allaient avoir cette question et le schéma était à leur disposition toute l’année dans les notes de cours. Je l’expliquais en détail pendant le cours le moment venu. Dix-sept pourcents des étudiants étaient incapables de faire approximativement ce schéma le jour de l’examen…

« Enfin, la FEF revient sur la suggestion magnanime du recteur, en proposant « pourquoi pas, une bourse » pour suivre
cette année propédeutique. Or qui dit année supplémentaire, dit frais supplémentaires. Le recteur de l’ULg ne semble pas conscient des frais engendrés, directement ou indirectement, par une année d’études supérieures. Frais qui constituent une des principales barrières à l’enseignement supérieur ».

Le « pourquoi pas » n’est évidemment pas de moi. La bourse me semble aller dans le bon sens. Je suis parfaitement capable de réaliser qu’une année d’études, ça coûte. C’est pourquoi je répugne à faire doubler 60 fois sur 100 les étudiants qui entament à l’aveuglette des études sans même qu’ils sachent si ils ont une chance de réussir, au moins avant Noël.

« Si Bernard Rentier souhaite remettre en question la démocratisation de l’enseignement supérieur, la FEF ne peut que le rejoindre sur ce point. Mais rien ne justifie l’interdiction de se former sur base de critères culturels et sociaux, ou de sélection financière. Instaurer un service d’aide à la réussite de qualité et un service public d’orientation sont
pour la FEF une bien meilleure manière de diminuer le taux d’échec et de rendre véritablement démocratique l’enseignement supérieur ».

Nous sommes bien d’accord, et il n’est pas question d’interdiction, mais de prise de conscience. Quant à un service d’aide à la réussite de qualité et un service public d’orientafion, ils existent. On peut les renforcer, si on dispose de moyens, mais tout a sa limite. Pour beaucoup d’étudiants, les bases manquent et il est très difficile de les acquérir tout en soutenant le rythme du 1er Bac. Bien sûr, le mieux est de ne pas perdre d’année, mais tant qu’à redoubler, les chances de réussir la deuxième année sont bien meilleures si on a consacré la première à se préparer et à combler ses lacunes que si on l’a passée à courir derrière un train dont on a été largué très tôt…

Un vrai point de consensus: le refinancement indispensable de l’Université, en ‘définancement’ chronique depuis de nombreuses années, au point de devenir incapable de remplir son rôle et d’assurer un parcours adapté à ceux qui, parmi ses étudiants, ont besoin de soutien.

Page suivante »